Le fait religieux

Février 1999

L’Académie Tunisienne des Sciences des Lettres et des Arts « Beït al Hikma » soucieuse de créer un espace de réflexion et d’échange de haut niveau a lancé les Rencontres Internationales de Carthage qui ont déjà tenu plusieurs sessions.

faitrelig

La troisième Rencontre Internationale de Carthage s’est penchée sur le fait religieux qui émerge d’une façon inattendue dans de nombreuses régions du monde. Cette réémergence est- elle la réalisation de la prévision de Malraux pour le XXIème siècle ou bien une tentative récupératrice visant à enrôler les masses Après l’échec des grandes idéologies du XXe siècle ou bien encore le besoin permanent de l’homme de se dépasser à travers la spiritualité qui s’exprime d’une nouvelle manière ?

   Face à la montée de toutes les formes du fanatisme nous avons ressenti le besoin de comprendre ce qui se passe. Pour répondre à ce besoin l’appréhension du fait religieux par l’approche objective de la connaissance scientifique et avec tous les moyens dont elle dispose nous a paru essentielle et d’une grande actualité . L’objectivité en ce domaine implique la recherche de phénomènes repérables sur lesquels la science pourrait se livrer aux élucidations nécessaires à l’éclairage des faits humains (observations enquêtes statistiques études corrélatives typologies variations géographiques évolutions historiques…)

   Le choix de cette approche répondait au désir de saisir à travers l’ordonnancement des faits les sens et les aspects multiples de la religiosité ainsi que les multiples façons de gérer cette dimension de l’humain à travers les siècles et les cultures. L’anthropologie l’histoire comparée des religions la sociologie religieuse la psychosociologie des religions les sciences politiques… toutes ces disciplines ont été sollicitées pour aborder cette grande question à travers quelques thèmes comme : le fait religieux aujourd’hui ; les expériences de la laïcité ; développement et religion ; religion et intolérance… et bien d’autres problématiques.

   Au-delà des engagements personnels réciproques et des convictions intimes nous avons entamé un dialogue entre les diverses disciplines qui se sont exprimées à travers les réflexions présentées par les intervenants. Nul n’a parlé au nom d’une religion ou d’une idéologie notre souci était de cerner les phénomènes et de les comprendre d’élucider une problématique particulièrement complexe et de présenter une base de réflexion pour le présent et le futur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>