Le rationnel et l’irrationnel

Novembre 1997

Depuis des milliers d’années la longue marche de l’homme est ponctuée par des émergences de niveaux successifs de la Raison. L’éveil de la conscience les messages des prophètes la naissance de la philosophie la constitution de l’esprit scientifique l’apparition de l’information en tant que système de repérage d’organisation et de production des objets et des connaissances tout cela n’aurait pas été possible sans la Raison. Et c’est à partir de là que l’homme a de tout temps été qualifié d’être raisonnable.

Rationnel

Ces évidences avaient besoin d’être rappelées surtout que nous vivons à présent avec âpreté et désespoir la montée de la barbarie et le retour de l’irrationnel. Une halte sur ce problème du rationnel et de l’irrationnel méritait d’être faite.   Or depuis que l’homme a pris conscience de ce que représente pour lui la dimension de la raison il n’a cessé d’en proclamer la crise. Faut-il imputer la place actuelle de l’irrationnel à cette inquiétude de la raison tellement profonde qu’elle en constituerait comme une dimension essentielle? Faut-il y voir une véritable menace qui pèse en ce siècle sur un homme atteint de « millénarisme »? Quoi qu’il en soit une interrogation sur le rationnel et l’irrationnel nous a paru plus que jamais urgente.   La Raison secrète t-elle seulement le rationnel? La rationalisation de notre existence charrie-t-elle l’irrationnel comme un simple résidu appelé à se réduire au fil du temps comme en témoignerait la longue marche des hommes vers les « lumières » malgré le retour de la barbarie et du fanatisme? Les dé-raisons que les hommes peuvent substituer à la raison sont-elles de simples accidents de parcours ou faut – il y voir des marques de finitude et autant de blessures dans notre intelligence la plus vive et la plus authentique?   Autant de questions que la deuxième édition des « Rencontres Internationales de Carthage » a posées à la conscience des participants et auxquelles la rencontre d’appproches historiques scientifiques et philosophiques de haut niveau a permis d’apporter quelques éléments de réponse. et de montrer que la crise d’une certaine rationalité ne signifie guère la mort de la raison comme projet d’accorder les hommes entre eux par delà les différences et les incertitudes.

   Les débats se sont articulés autour des thèmes suivants:

La raison et ses manifestations

  1. Emergence de la raison. La raison dans l’histoire y a-t-il une anthropologie de la raison?
  2. Les dialectiques de la raison; l’irrationnel le surrationnel et le postrationnel.
  3. Culture de la raison et culture de la science.

De la rationalité des faits humains:

  1. Rationalité des cultures humaines.
  2. « Logique » des conduites pathologiques.
  3. L’irrationnel dans le mythe et dans l’art.

Usage de la raison dans la science actuelle

  1. Instrumentalisation ou fondement.
  2. Défis et mutations.

Le rationnel et le spirituel

  1. La foi comme défi permanent à la raison.
  2. « Fanatisme » de la foi et « dogmatisme » de la raison.

Y a-t-il un « Après » de la raison?

  1. Limites de la raison ou raison comme limite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>